Vincent Cadoret Avocat Montpellier crédit immobilier crédit consommation TEG TAEG
Vincent Cadoret Avocat Montpellier crédit immobilier crédit consommation TEG TAEG
Cabinet d'avocat dédié au Droit Bancaire, à la Consommation, à l'Entreprise et à l'Immobilier
Cabinet d'avocat dédié au Droit Bancaire, à la Consommation, à l'Entreprise et à l'Immobilier

Le 8 juillet 2015

 

TEG erroné :

Pas de dommages et intérêts, "seulement" l'application du taux légal

 

Cass. Civ 1ère, 1er juillet 2015, n° 14-18053

 

 

L’arrêt est très bref et nous savons peu de cette affaire. Néanmoins, le principe qui en résulte est énoncé clairement et ne surprendra personne. En cas de taux effectif global (TEG) erroné, l’emprunteur ne peut pas solliciter des dommages et intérêts.

 

Le moyen annexé au pourvoi permet d’y voir plus clair. Un emprunteur avait reproché au prêteur des manœuvres dolosives concernant l’affectation de fonds à un fonds commun de garantie. Il avait étayé, notamment, ces manœuvres dolosives, en exposant :

  • d’une part que le prêteur a laissé entendre à l’emprunteur que la somme serait restituée en fin de prêt ;
  • d’autre part que le prêteur n’a pas intégré cette somme dans le calcul du TEG.

 

En se fondant sur le dol, l’emprunteur se place sur le terrain du vice du consentement. Aussi, derrière l’erreur de TEG, il reproche à l’emprunteur des manœuvres frauduleuses l’ayant induit en erreur sur l’exact TEG du prêt. C’est pour cela qu’il sollicitait des dommages et intérêts. En effet, en tant que manœuvre frauduleuse précontractuelle, le dol permet d’engager la responsabilité délictuelle de son auteur.

 

Pour autant, la Cour de cassation n’a pas suivi.

 

La problématique du TEG erroné ne relève pas du dol. Même si le Conseil constitutionnel a érigé le TEG en information essentielle au consentement de l’emprunteur, la nullité des intérêts pour TEG erroné relève de l’article 1907 du Code civil et non pas de l’article 1110 sur le dol. L’article 1907 impose, comme condition à la validité des intérêts conventionnels, la conformité aux lois et règlements (et donc de l’article L.313-1 du Code de la consommation). Pour qu’il y ait dol, et donc possibilité de dommages et intérêts, il faudrait démontrer le caractère intentionnel de l’erreur dans le calcul du TEG, ce qui n’est pas une mince affaire.

 

De ce point de vue, la seule sanction au TEG erroné réside dans la nullité des intérêts conventionnels et la substitution du taux légal au taux conventionnel.

Voir également sur le même thème :

Consultations en ligne

à partir de 59,95 €

 

En savoir plus >>>

Vincent Cadoret - Avocat au Barreau de Montpellier

8, Place du Marché aux Fleurs - 34000 Montpellier

@ : contact@vincentcadoret.fr

Tel. : 09.53.18.39.05 - Fax : 09.58.18.39.05

Membre AGAPL - Chèques acceptés

 
Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
© Vincent Cadoret - Avocat au Barreau de Montpellier