Vincent Cadoret Avocat Montpellier crédit immobilier crédit consommation TEG TAEG
Vincent Cadoret Avocat Montpellier crédit immobilier crédit consommation TEG TAEG
Cabinet d'avocat dédié au Droit Bancaire, à la Consommation, à l'Entreprise et à l'Immobilier
Cabinet d'avocat dédié au Droit Bancaire, à la Consommation, à l'Entreprise et à l'Immobilier

Le 30 novembre 2014

 

Cession Dailly :

 

Seule la banque peut demander le paiement de la créance cédée

Cass. com., 18 novembre 2014, n° 13-13.336

 

La question laissait place à de nombreuses hésitations. La Cour de cassation le précise enfin. En matière de cession Dailly, seule la banque peut demander le paiement de la créance cédée, y compris lorsque le montant de la créance cédée excède la montant du crédit qu’elle a consenti.

 

Il s’agissait d’une SCI qui avait cédé des créances par bordereau Dailly et qui en poursuivait le paiement alors même qu’elle n’avait pas remboursé le crédit qui lui avait été consenti. Après avoir été jugée irrecevable, la SCI a formé un pourvoi en indiquant que le montant de la créance cédée excédait le montant du crédit qui lui a été consenti.

 

Selon la SCI, elle pouvait en poursuivre le paiement, au moins pour l’excédent. Là où la Cour n’avait pas toujours été très claire, elle répond désormais par la négative. Seule la banque peut poursuivre le paiement, même si le crédit est d’un montant inférieur à la créance cédée. Inversement, le cédant ne peut pas poursuivre le paiement auprès du débiteur cédé, même pour l’excédent.

 

Cette décision renforce l’efficacité de la cession Dailly comme mécanisme de crédit aux entreprises. En effet, si le cédant avait été autorisé à poursuivre le paiement pour l’excédent, alors le gage de la banque s’en trouve diminué. Ce n’est pas parce que le débiteur cédé est suffisamment solvable pour payer l’excédent qu’il sera suffisamment solvable pour désintéresser la banque une fois que celle-ci s’adressera à lui.

 

La conséquence de la décision est donc de geler tous les paiements, à condition de notification au débiteur cédé bien entendu, à destination du cédant. L’effet en est double. D’une part la solvabilité du débiteur cédé est renforcée au bénéfice de la banque, mais encore le cédant est particulièrement incité, s’il veut pouvoir bénéficier de l’excédent, à apurer sa dette à l’égard de l’établissement de crédit.

Voir également sur le même thème :

 

Consultations en ligne

à partir de 59,95 €

 

En savoir plus >>>

Vincent Cadoret - Avocat au Barreau de Montpellier

8, Place du Marché aux Fleurs - 34000 Montpellier

@ : contact@vincentcadoret.fr

Tel. : 09.53.18.39.05 - Fax : 09.58.18.39.05

Membre AGAPL - Chèques acceptés

Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
© Vincent Cadoret - Avocat au Barreau de Montpellier